Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 00:00

♥ Coup de Cœur ♥

L'ombre du vent, un roman de Carlos Ruiz Zafon

 

 

Le récit :

 

1945, fin de la guerre, Daniel Sempere est un jeune garçon qui dévore roman sur roman, lui même veut devenir écrivain un jour. A l'aube de son anniversaire, son père l'emmène dans un lieu magique : Le cimetière des livres oubliés. Un rituel familial lui offre de choisir un seul et unique livre ;  dans ce labyrinthe de romans il tourbillonne jusqu'à tomber devant le roman d'un certain Julian Carax, L'ombre du vent.

Mais cette rencontre n'est t'elle du qu'au hasard? Et qui est ce Julian Carax, dont quelqu'un cherche à brûler tous les livres? Pourquoi une ombre le suit depuis la découverte du roman? Fermin et lui arriveront-ils à échapper à l'inspecteur Fumero qui ne cesse de les poursuivre? Qui sont réellement Nuria Monfort, Julian et ses camarades de classe, Pénélope Aldaya?... et encore plus important : Qu'elles sont leurs Véritables Histoires?

Nous sommes dès lors embarqués dans une aventure traversant les époques et les vies, dont la résolution dépassera tous ce qu'on avait pu imaginer...

 

 

 

Carlos Ruiz Zafon est un nouvel auteur de la littérature espagnole. Bien qu'écrivain depuis l'adolescence, il se consacre à la publicité, avant de (re)venir récemment dans le monde du livre. Doué d'un talent incontestable pour faire vivre ses personnages, et les lieux où il les immerge ; l'Ombre du vent est vendu à ce jour, à plus de 12 millions d'exemplaires dans le monde.

 

 

 

L'avis :

 

Tel un ovni, Carlos Ruiz Zafon impose son roman comme une symbiose parfaite entre une Barcelone oubliée et réinventée. Dès le départ, l'intérêt surgit, et nous sommes happés par les recherches de Daniel Sempere que nous voyons grandir et mûrir. 

 

L'évolution des découvertes sur le livre et le personnage de Julian Carax, se présente comme un labyrinthe : d'innombrables chemins, des entre-croisements extraordinaires, des impasses obligeant à rebrousser chemin, un minotaure nommé Fumero, un fil d'Arianne où plutôt d' "un fil de Fermin"... Ce roman ressemble à ces "livres dont vous êtes le héros", où il vous arrive tellement de péripéties que vous vous demandez si vous y arriverez, si seulement votre quête s'achèvera avec succès, sans que vos adjuvants soient blessés ou pis encore. 

 

Arrivé à la fin du roman, une seule question nous vient à l'esprit : Mais où Carlos Ruiz Zafon a-t-il réussi à trouver autant d'éléments, de rebondissements, de styles d'écritures et de parlers, pour semer une telle vie dans ses personnages? Tout simplement somptueux...

 

Merci Mr. Carlos Ruiz Zafon 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 00:00

♥ Coup de Cœur ♥

 Les cerfs-volants de Kaboul, un premier roman de Khaled Hosseini


Photo© Spencer Platt, gettyimages

 

Le récit :


 Décembre 2001, Amir est devenu un Patchoun respecté. Mais sa conscience pesante, lui inflige toujours autant de souffrances. Comment enfant Afghan, a-t-il pu laisser faire ce qui est arrivé à Hassan son serviteur, meilleur ami, et frère de lait? Comment a-t-il pu rester dans l'ombre, observant dans un déchirement la ruelle où se trouvait Hassan, Assef et d'autres? Comment un lance pierre, un cerf-volant bleu, une montre et une liasse de billets bouleversèrent la vie de toute une famille...

...Il ne reste qu'une chose à faire, repartir sur les traces de son passé, l'Afghanistan, le Pakistan,  et affronter aussi bien ses peurs que le regard de ceux qui l'ont aimé. 


 

 

Khaled Hosseini est un écrivain originaire de Kaboul, aujourd'hui exilé aux Etats-Unis. Son premier roman parait en avril 2005, et se voit prodigieusement acclamé par la critique et le public, il se retrouve même rapidement traduit dans plus d'une dizaine de langues.    Il a depuis publié un second roman Milles Soleils Splendides.

 

 

 

L'avis :


Ce roman se présente à mon sens comme la réussite du mélange. Mélange des styles, vie réelle et romanesque ; mélange des peuples, Patchoun et Hazara ; mélange des relations entre un père et son fils, deux amis que tous séparent... les mélanges de la vie.  Il réside dans ce roman, une intensité dramatique à la fois bouleversante et horrifiante. La plume de Hosseini traduit avec une franchise déconcertante les différents épisodes et malheurs successifs de Amir, Baba, Hassan, Ali, Assef, Rahim khan... que nous nous sentons dès les premiers mots embarqués dans leurs histoires, sans plus vouloir nous en décrocher.


A la question : la vie nous pardonne-t-elle? Il nous répond que ce n'est en rien à elle de pardonner ; mais à nous de demander ce pardon aux personnes touchées, à soi même. Mais la culpabilité a-t-elle vraiment ses fins...? Le temps cicatrise les blessures et les cache auprès des autres, mais leurs profondeurs harcèlent sans relâche, interdisant le repos du corps et de l'âme.


Il reste à la fin de la lecture des images qui resteront gravées dans notre mémoire : un cerf-volant bleu, "pour toi, un millier de fois", une colline verdoyante surplombée d'un arbre fruitier, une ruelle pavés... N'est ce pas cela les ultimes fonctions d'un livre? Nous faire découvrir des mondes, et devenir partie intégrante de notre vie.

 

Merci  Mr. Khaled Hosseini

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog du Petit Critique Culturel
  • : Cinéma et Littérature en favoris. Ce blog à pour fonction de témoigner de mes coups de coeur culturels, ainsi que mes découvertes diverses et variées sur et dans le monde. Bonne lecture.
  • Contact

Rechercher

Archives

Catégories